Guides et conseils

Différences entre un vélo homme et femme : on fait le point

Temps de lecture : 6 minutes

« Gneugneugneu je ne veux pas un vélo de femme ! » Bon, va falloir qu’on fasse le point là-dessus parce qu’un vélo de femme, ça n’existe pas vraiment. Enfin si, enfin, ce n’est pas ce que vous croyez. Mais on vous explique ! 

Symbole de liberté et de mouvement, le vélo fait partie des objets qui témoignent de l’émancipation des femmes et de leur conquête de l’espace public. Le vélo s’impose aussi comme un objet de lutte et d’inclusivité. Maintenant, le vélo de femme est-il une invention marketing ? Une astuce commerciale ou surtout une étiquette qui tend à disparaître ? En voiture vélo Simone ! 

Le col de cygne : un cadre historiquement féminin mais désormais unisexe

La forme « col de cygne » désigne un cadre de vélo avec un enjambement bas ; son tube supérieur n’est pas à l’horizontal, mais il épouse la courbe d’un cou de cygne. Comprenez : pas besoin de lever la gambette trop haut pour monter sur son vélo. C’était donc plus simple lorsque les femmes portaient des robes longues et des jupons pour se mettre en selle. 

Le cadre col de cygne remonte au XIXe siècle et était en effet initialement prévu pour les femmes. Ce type de cadre favorisait aussi une position plus droite, et donc distinguée. Par extension, les vélos à col de cygne sont devenus les vélos de femmes. Et anecdote, il fut aussi un temps où cette géométrie arrangeait aussi pas mal les curés ! 

@neon_mediafr

Pourquoi les vélos pour femmes ont-ils un cadre en « col de cygne » ? #TiktokAcademie #SavoirsInutiles #Vélo #Femmes #cultureG #connaissance #Histoire

♬ son original – NEON

Cette forme de cadre, on la retrouve aujourd’hui beaucoup dans les vélos de ville et les modèles hollandais. Aucun risque de la retrouver sur des vélos de route, de triathlon, VTT ou de gravel ! Cette géométrie ne convient pas à ces pratiques du cyclisme !

Exemple de vélo à col de cygne, le vélo Elops 520 Decathlon cadre bas

Avec le temps, l’étiquette « cadre de vélo pour femme » que l’on collait systématiquement sur le col de cygne tend à disparaître, mais si elle reste encore couramment utilisée dans le langage commun. Les gender studies (études de genre), mouvements féministes, les évolutions vestimentaires (hello le bloomer !) et sociétales y sont pour beaucoup. Si certes, la différence morphologique femme/homme existe bien, il faut penser au-delà. Tout est fabriqué selon la moyenne, mais pour rouler tout confort sur son vélo, il faut penser « sur mesure ». On est tous et toutes différent.e.s. 

Donc un vélo avec un col de cygne n’est plus un vélo de femme, c’est juste… un vélo ! 

? Vous n’aimez pas les cygnes (y a des traumas et des goûters vilement volés qu’on n’oublie pas), vous êtes souples comme un verre de lampe, il existe aussi la géométrie dite Stagger (cadre ouvert).

Différence entre les vélos femmes / hommes : que du marketing ?

Historiquement et encore aujourd’hui, les cadres de vélo qui sortent des usines sont des cadres « hommes ». La majorité des vélos vendus dans le commerce possèdent une géométrie masculine (un guidon plus large, top tube plus long, une selle standard qui conviendra plus aux hommes, etc.). Mais comme pour les cadres femmes et le col de cygne, l’étiquette de genre tend à disparaître pour être remplacée par la notion de modèles unisexes. Les femmes cyclistes peuvent tout à fait rouler sur les vélos « des hommes », moyennant quelques ajustements. 

Une question de taille et de couleur ? 

Les mentalités changent, et heureusement. Les vélos dits pour les femmes ont été trop longtemps cantonnés à des couleurs girly ou à des cadres de petites tailles. On avait du rose, du turquoise, du blanc et du pastel. Généralement, les fabricants utilisaient les cadres classiques de petites tailles qu’ils repeignaient dans des couleurs jugées « féminines ». Appliquez à ça une petite taxe rose et l’étiquette « vélo de femme », et hop vous aviez un vélo pour madame ! Merci, non merci. 

Donc attention aux marques qui utilisent le terme « vélo femme » uniquement pour les petites tailles et les modèles avec des couleurs girly. Généralement, c’est souvent du make-up sur des cadres pour hommes et des vélos qui ne sont pas développés pour les femmes. Cela ne veut pas dire que les vélos ne conviendront pas aux femmes, juste que la géométrie des cadres n’est pas dessinée expressément pour les femmes. C’est comme une célèbre marque de gel douche pour hommes : vous n’allez pas brûler si vous vous lavez avec, juste sentir le mâle alpha.

Quand les marques développent des géométries pour les femmes ?

Bonne nouvelle !, il existe des marques spécifiques qui conçoivent des vélos adaptés à la morphologie féminine avec notamment un tube supérieur plus court (torse plus petit, jambes plus longues chez les femmes) et des composants adaptés. La marque Liv (marque du groupe Giant) développe des vélos (VTT, gravel, route, triathlon…) qui possèdent une géométrie étudiée pour les femmes. Autre alternative, la marque Juliana (VTT, gravel, CX) créée par Santa Cruz qui propose aussi des vélos développées pour les femmes. 

« Vélo femme » : un terme commercial qui fait vendre  

De nombreux sites et boutiques en ligne continuent d’utiliser l’appellation vélo femme pour faciliter le parcours d’achat, et surtout pour des raisons commerciales (référencement Google…). Quand on sait que le terme « vélo électrique femme » représente en France 6 600 recherches mensuelles en moyenne sur les moteurs de recherche et que « vélo femme » cumule 3 600 recherches, on aurait tort de se priver de ces catégories ? ! La preuve que les formulations genrées et les clichés ont la dent dure.

? Continuez votre exploration de l’histoire du cyclisme féminin avec notre article sur les 5 dates qui ont façonné le Tour de France Féminin.

Acheter un vélo unisexe, oui mais avec des composants adaptés 

La règle de base, quel que soit votre sexe : achetez d’abord un modèle à la bonne taille et adapté à votre pratique. Ensuite, remplacez les périphériques et composants pour gagner en confort. 

? Pssst… découvrez nos conseils pour choisir un cadre de vélo à la bonne taille.

Bien choisir sa selle de vélo

Lorsqu’on achète un vélo neuf, et à moins d’avoir un coup de bol monumental, celui-ci est équipé d’une selle standard qui n’est pas adaptée à votre morphologie, que vous soyez un homme ou une femme d’ailleurs. Ensuite, les zones d’appui sont différentes entre la femme et l’homme, tout comme la largeur du bassin. Il existe donc des selles pour les femmes et pour les hommes, déclinées en différentes tailles et options. Certaines possèdent un canal central creux pour éviter d’exercer une pression trop importante sur le périnée ou une longueur de bec plus courte. Choisissez aussi votre selle selon votre pratique !  

En cela, la selle fait partie des premiers composants à regarder et changer pour ne plus avoir mal aux fesses à vélo. Et n’oubliez pas de choisir aussi un cuissard adapté à votre morphologie pour ne pas avoir mal aux ? !

Une potence aux bonnes dimensions

La potence, c’est la barre qui fait la jonction entre votre guidon et la fourche de votre vélo. Pareil, à choisir et incliner selon votre longueur de bras et votre morphologie. À savoir que les femmes ont quasiment toutes un buste plus court que les hommes.

Un guidon pour une meilleure position à vélo

Il n’est pas rare que le guidon qui équipe un vélo neuf ne soit pas adapté. Ils ont tendance à être trop larges. Il faut prendre en compte la distance entre les extrémités de vos épaules. Donc à changer si besoin ! 

Les autres équipements à vérifier

D’autres composants peuvent être changés : parfois les manivelles de votre pédalier sont trop longues ou trop courtes. 

Une étude posturale : la solution pour mettre tout le monde d’accord, il, elle, iel, etc. 

Homme, femme, non-binaire, l’objectif reste le même avoir la plus grosse potence : être bien positionné.e à vélo pour pouvoir rouler tout confort et ne pas se blesser. Le mieux reste encore d’aller essayer son vélo en magasin et de réaliser une étude posturale pour avoir la meilleure position possible. Parfois, ça se joue à quelques millimètres : une potence à la bonne taille, une selle légèrement à la bonne inclinaison et un guidon à la bonne largeur. 

Pour plus d’infos sympas, d’actualités et de vélo, abonnez-vous à notre newsletter bi-mensuelle Rustine !

Suivre les commentaires
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires