Guides et conseils

Comment progresser en gravel et rouler l’esprit tranquille ?

Temps de lecture : 7 minutes

Vous avez débuté le gravel il y a peu. Ah la nature, les champs, les animaux, la crevaison. L’aventure quoi ! Vous souhaitez maintenant progresser dans votre pratique du gravel et gagner en confort ? On a réuni dans notre musette tous nos conseils pour rouler tout confort et l’esprit serein en gravel ! 

Rouler dans les bois en hiver en toute sécurité

Malgré le froid, vous avez envie d’aller réveiller les écureuils avec votre gravel. Vous êtes en train de tracer votre itinéraire. Mais avez-vous pensé à consulter la carte des zones chassées ? ? Pour éviter un coup de fusil, vérifiez que votre itinéraire gravel ne passe pas en zone de chasse. 

Un calendrier des zones chassées est communiqué sur le site de l’Office national des forêts (ONF). À consulter avant de partir lorsque vous préparez votre itinéraire gravel donc !

Bon à savoir : la saison de la chasse commence en général fin septembre et finit fin février. Les dates sont susceptibles de varier d’un département à l’autre.

Ensuite, en hiver comme en été et pour rappel, vous n’avez pas le droit de rouler en gravel dans les propriétés privées. Celles-ci sont signalées par un panneau. 

Enfin, n’oubliez pas que vous n’êtes pas seul.e et surveillez votre allure. Promeneurs, randonneurs, marmottes, autres cyclistes, cavaliers, enfants et chiens, ont aussi le droit de profiter des sentiers forestiers. 

? Portez des vêtements visibles (veste fluo, jaune, rose…), et évitez les motifs animaliers. On ne sait jamais. Si besoin, hurlez « je ne suis pas une biche ».

@labicycletteorleanaise

#chasse #cycling #foryou #bike en periode de chasse cycliste et notamment les vttistes regarder les jours chassés sur les cartographies chacun pratique sa discipline partageons la foret ! #foret

♬ son original – Killykilly

Les équipements pour « rouler confort » et en sécurité en gravel 

Un vélo !

Un vélo gravel, déjà ! Heureusement qu’on est là… Plus sérieusement, le gravel se pratique avec un vélo pensé pour cette pratique : pneus plus larges que sur des vélos de route, des haubans plus larges pour faire passer ces pneus, guidon évasé, freins à disque… En attendant un guide des meilleurs vélos gravel, on vous conseille d’aller faire un tour chez The Cyclist House : ils proposent des vélos reconditionnés par des mécaniciens professionnels. Des vélos d’occasion en parfait état et garantis 1 an, jusqu’à 70% moins cher que le neuf. Et cerise sur le gâteau, ils ont une catégorie Gravel.

Éclairage vélo avant et arrière

L’objectif est d’être vu ET de voir le chemin, et les cailloux qui peuvent s’y trouver ! Et puis, l’éclairage, ça fait aussi partie des équipements obligatoires à vélo. 

? Retrouvez nos conseils pour choisir vos lampes et la liste des autres équipements de visibilité à vélo, pour être aussi à l’aise en gravel la nuit qu’une chauve-souris. Alltricks propose plusieurs éclairages adaptés à votre pratique.

Des pneus en tubeless gonflés à la bonne pression 

Ça peut faire peur, mais pour le gravel, on vous recommande de passer en tubeless (un montage sans chambre à air où du liquide vient colmater la crevaison). Pourquoi ? C’est plus confortable, car le tubeless tolère une pression de gonflage plus basse (celle-ci est indiquée en bars sur le flanc du pneu). Petite sélection de pneus gravel ici.

Si le risque 0 de crever n’existe pas, au moins avec le tubeless, ça se répare tout seul. À moins d’avoir fait un trou aussi grand que la bouche de Sarlacc ! Autre conseil : même en tubeless, prenez toujours votre kit de réparation afin de mettre une chambre à air neuve si la crevaison ne se répare pas seule !

? Privilégiez toujours du liquide préventif écologique.

En hiver, changez vos pneus pour des modèles adaptés qui ont des crampons plus prononcés. Le sol est humide, il y a de la boue et vous avez besoin d’une bonne adhérence. 

Des lunettes 

Elles protègent vos yeux du soleil, du vent, des branches et de la poussière. En gravel, si vous roulez dans les bois ou sur des routes de gravier, vos yeux sont plus vulnérables. C’est aussi dangereux que douloureux. Et puis fermer les yeux à vélo, il y en a qui ont essayé, ils ont eu des problèmes. On achète des lunettes, donc.

Choisissez vos lunettes de vélo selon leur indice de protection solaire. Ne misez pas sur des modèles avec des verres trop sombres (indice de protection 4) si vous roulez uniquement en gravel dans les sous-bois. Les verres photochromiques sont plus polyvalents, ils s’adaptent à la luminosité. Le passage des verres d’une teinte à l’autre n’est pas instantané.  

Un casque

En gravel, comme en route, protégez votre tête d’une mauvaise chute et des branches. 

En 2023, le casque n’est pas un équipement obligatoire pour le cycliste adulte, mais il peut vous sauver la vie. De nombreuses marques proposent des casques pensés pour le gravel. Certains possèdent même des capteurs de chute, ainsi qu’une balise pour appeler à l’aide. Specialized a conçu le capteur ANGi qui se fixe sur le casque (service sans abonnement payant) et se connecte à l’application Specialized Rid. En cas de détection de chute, un compte à rebours se déclenche. Si vous ne l’arrêtez pas à temps, l’application alerte vos contacts d’urgence avec vos coordonnées. 

? À vélo, emportez avec vous un peu d’argent, une pièce d’identité et votre carte vitale. Assurez-vous que votre téléphone a suffisamment de batterie. Si besoin, emportez une petite batterie externe. N’oubliez pas son câble de chargement qui doit traîner à côté du lit. Vérifiez que votre GPS vélo a aussi de la batterie.

Des ravitos et de l’eau  

En gravel, prenez toujours deux bidons d’eau et des ravitos, car en pleine pampa, à moins de racketter un écureuil ou de s’appeler Mike Horn, c’est plutôt complexe de trouver de quoi se sustenter. 

Le gravel demande de la concentration et a tendance à fatiguer plus rapidement. Pour éviter la fameuse fringale en pleine allée des glands dans la forêt domaniale du coin, emportez avec vous des barres de céréales, un morceau de cake aux fruits, le kébab de la veille pour les plus téméraires, ou un encas qui vous fait plaisir. Rangez-les avec votre kit de réparation dans une sacoche de guidon ou de cadre.

? Quelques accessoires en vrac qui peuvent vous sauver la mise en gravel et vous faire gagner en confort : un multitool avec un dérive-chaîne, un maillon de chaîne, une patte de dérailleur de rechange, une veste de pluie, une trousse de premiers soins, des antihistaminiques, de la crème solaire, un baume à lèvres et un Opinel – pour découper le sauciflard ou le morceau de fromage acheté au marché du coin !

Des gants et mitaines pour le gravel

Autre accessoire pour gagner en confort, les gants et mitaines ! Ils peuvent vous éviter les bobos en cas de chute, les ampoules et les paumes douloureuses quand ça secoue pendant toute la sortie ! Mentalement, on est également plus rassuré de savoir que la chute ne transformera pas nos mains en hachis parmentier.

Des sacoches et accessoires de rangement

Bah oui, vu le barda qu’on vous conseille d’emporter avec vous, il va bien falloir le mettre quelque part ! La plupart des vélos gravel sont pensés pour cela et sont prêts à accueillir toute la bagagerie nécessaire, même dans les endroits les plus saugrenus : sacoche de cadre, sacoche de guidon, sacoche top tube, sacoche de selle… sacoches, sacoches everywhere

Photo de Max Böhme sur Unsplash

Des itinéraires adaptés au gravel (distance et dénivelé)

Le gravel, ce n’est pas comme le vélo de route : il ne faut pas avoir les pneus plus gros que la jante. 30 kilomètres en gravel, ce n’est pas 30 kilomètres à rouler sur de la route

Comme en VTT et sur des chemins un peu techniques, il faut se concentrer. Le corps s’épuise plus vite. Lorsque vous préparez votre itinéraire, gardez ça en tête. Regardez aussi le dénivelé positif – ce fameux D+ – et négatif. Vous pouvez prévoir plusieurs itinéraires afin d’avoir un plan B, C, D. 

? Plusieurs applications proposent des live tracking. C’est idéal pour rassurer vos proches quand vous vous prenez pour George de la jungle.

Respectez l’environnement quand vous roulez en gravel ?️

  • En gravel ou sur la route, et dans la vie en général, on respecte au maximum l’environnement. Certaines zones protégées sont interdites, alors on ne s’y aventure pas pour préserver leur écosystème. 
  • Quand on déballe ses barres de céréales, on fait attention à ce que l’emballage ne tombe pas par terre. Un coup de vent et hop, le papier de votre goûter servira de robe à un écureuil. Glissez-les dans une poche qui se ferme et que vous n’utilisez pas quand vous roulez. L’objectif ? Ne rien laisser derrière vous. Pareil en cas de ? dans les buissons. Glissez le mouchoir utilisé dans un sac à excrément pour chiens ou un petit sac plastique. Note aux plus aventureux.ses : certaines feuilles irritent les ?. Et si on ne vous l’a pas déjà offert, un ouvrage dédié existe sur le sujet
  • Comme en VTT, privilégiez les pistes, les single tracks et chemins. 
  • N’utilisez pas d’enceinte pour écouter votre musique : vous risquez de perturber les animaux et de ne pas entendre les promeneurs. Vos 5 sens méritent de profiter vraiment de la nature.

8 conseils de pilotage pour progresser en gravel bike

  1. Comme en VTT, restez sur la selle en cas de montée. Si vous vous mettez en danseuse, votre vélo peut chasser à l’arrière. « Parce qu’on n’est pas là pour souffrir okay ?! », vous pouvez aussi mettre pied à terre en cas de descente ou de montée trop pentue. Le gravel, c’est aussi (re)découvrir le charme de la randonnée ! L’aventure quoi ! 
  2. Ne vous crispez pas sur le guidon et détendez-vous ? Vous allez finir par avoir mal aux épaules. Détendez le haut du corps et ne serrez pas votre cintre comme une brute. 
  3. Regardez le plus loin possible et ne fixez pas votre regard sur le gros caillou qui est juste devant votre roue avant. Vous auriez dû le voir plus tôt afin d’anticiper votre trajectoire. Regarder vers le sol a aussi tendance à vous déséquilibrer. C’est une bonne habitude à prendre qui s’acquiert avec un peu de pratique ! Ce conseil s’applique aussi dans les virages ! Cela vous permet de faire de belles trajectoires. 
  4. En descente, appuyez sur les pédales et abaissez votre centre de gravité en vous positionnant le plus près de votre gravel. Si vous vous sentez en confiance, mettez les mains en bas du guidon : cette position améliore la puissance de freinage grâce à l’effet de levier, mais aussi le pilotage de votre vélo.
  5. Freinez avant les virages.
  6. N’oubliez pas de jouer avec les vitesses en montée et descente. Il faut maintenir une bonne adhérence pour ne pas pédaler dans la semoule ou devoir forcer sur les manivelles. L’idée, c’est d’avoir une fréquence de pédalage souple et fluide.
  7. Faire du VTT peut vous aider à gagner en confiance en gravel et en pilotage. Ses suspensions font gagner en confort et sa géométrie permet de franchir les obstacles.
  8. Quand vous serez suffisamment à l’aise en gravel, tentez les pédales automatiques.

Last but not least comme on dit : roulez avec un gravel entretenu. Ça minimise le risque de pépin mécanique et d’accident. En gravel bike et en VTT, les freins sont régulièrement sollicités, alors surveillez-les régulièrement. Pareil pour les pneus : avant de partir, un petit tour du propriétaire. Remettez ou changez tous les 2/3 mois du liquide préventif dans vos pneus tubeless. Le plus simple ??

Suivre les commentaires
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires